Mots épicènes photoL’égalité homme-femme est un enjeu important, objet de nombreux débats actuellement et force est de constater que celui-ci est ancré dans divers domaines de nos sociétés, en France comme en Angola. Nous y sommes tous.te.s confronté.e.s, de manière plus ou moins directe, plus ou moins violente. C’est ce thème que Laura Déré, professeure de Lettres Modernes qui a rejoint l’équipe du LFABB en Septembre, a choisi d’aborder avec les classes de 4èA et B. Comment traiter cette question dans le cadre du cours de Français ? En confrontant la langue telle que nous la connaissons et la pratiquons tous les jours ainsi qu’une variante, fruit du travail de Tristan Bartolini, étudiant diplômé de la Haute École des Arts de Genève. Celui-ci a créé de nouveaux caractères évacuant dans les mots de la langue française toute différence entre le masculin et le féminin. Cet alphabet épicène (qui évacue le genre masculin et féminin) superpose les formes féminine et masculine du même mot. Lorsque les élèves et leur enseignante ont découvert cet alphabet, de nombreuses questions se sont posées : comment ces nouvelles lettres hybrides se prononcent-elles ? Va-t-on vraiment apprendre à écrire de cette manière ? Peut-on encore considérer les mots ainsi formés comme des mots français ou l’artiste a-t-il inventé une nouvelle langue ? Pourquoi une telle création ?

Trop de questions restaient sans réponse après avoir découvert le projet de ce designer. Après avoir consulté les élèves, Laura Déré a contacté l’artiste pour organiser une visioconférence qui permettrait aux intéressé.e.s de poser leurs questions et d’obtenir des réponses sur l’alphabet épicène. C’est donc le 22 janvier que les deux classes, munies d’une liste bien fournie de questions, ont rencontré M. Tristan Bartolini. Celui-ci a présenté son travail plus amplement aux participants à la visioconférence (répartis entre pas moins de quatre pays!) et nous a permis de mieux saisir le sens de son projet. Dans un monde où les codes et les gens changent sans cesse, dans une démarche positive, bienveillante et inclusive, son travail tend à proposer une langue faite pour nous tous.te.s, une langue qui nous ressemble et dont nous serions fièr.e.s parce qu’elle rassemble. Dans la langue de Tristan Bartolini, nous avons tous.te.s pu nous exprimer, nous nous sommes senti.e.s uni.e.s et ensemble, privilégié.e.s de vivre cette expérience inédite. Nous cherchons à présent à rendre hommage à cet artiste et à son travail plein d’espoir et qui délivre un message de paix et d’unité. En cette période où il nous semble difficile d’envisager le monde dans son unité car les frontières se ferment inopinément, l’œuvre de Tristan Bartolini suggère que c’est sur les êtres humains qu’il faut nous concentrer : c’est l’humanité dans son ensemble qu’il affirme et célèbre, plein d’espoir, dans toute sa différence, sa diversité et sa vertigineuse beauté polymorphe. Nous ne manquerons pas de vous informer quant à la suite de notre projet. En attendant, somos junt@s !